Quand ouvrir un Plan Épargne Retraite ?

PER

Le Plan Épargne Retraite (PER) a été lancé en octobre 2019, dans le cadre de la loi PACTE. Ce nouveau produit d'épargne remplace l'ensemble des dispositifs qui existaient jusqu'alors et dont la commercialisation a pris fin en octobre 2020. Le PER se veut plus attractif : il offre beaucoup de souplesse et d'avantages, notamment d'un point de vue fiscal. C'est donc une solution à privilégier pour anticiper ses revenus à la retraite. Faut-il encore savoir quand ouvrir un PER pour qu'il soit le plus profitable possible pour l'épargnant.

Le PER : une épargne souple et avantageuse

Le PER est un dispositif ouvert à tous les particuliers, quels que soient leur âge et leur statut professionnel. Puisqu'il n'existe pas de durée minimum d'épargne, les actuels retraités peuvent y souscrire, et même les mineurs, par le biais de leurs parents. Chaque contribuable peut alimenter librement cette épargne et en déduire les versements de ses revenus imposables.

Le Plan Épargne Retraite est donc un allié pour réaliser des économies d'impôts, dans la limite des plafonds fixés par la loi. Néanmoins, si ceux-ci ne sont pas atteints, l'épargnant peut les rattraper pendant trois ans et les cumuler à ceux de son conjoint. Le PER offre donc une grande souplesse en termes de gestion patrimoniale.

Souscrire un PER : une vision long terme de l'épargne

Contrairement à un Plan d'Épargne en Actions (PEA) ou à un contrat d'assurance vie, il n'est pas possible de mettre un terme à un PER. C'est un placement longue durée, dit tunnel : les fonds sont bloqués jusqu'à la retraite. Seules certaines conditions permettent de profiter d'un déblocage anticipé des sommes placées, telles que la survenance d'un accident de la vie ou l'acquisition d'une résidence principale. Si l'épargne est utilisée pour ce dernier motif, la part correspondant aux versements est imposable et soumise au barème de l'impôt sur le revenu.

Il s'agit de la contrepartie des déductions fiscales accordées à l'entrée. Une sortie peut donc être défavorable si les revenus du contribuable ont augmenté depuis la souscription du PER. C'est pourquoi il est préférable d'opter pour cette solution d'épargne lorsque sa situation financière est stable et permet d'avoir une idée concrète de ses revenus à la sortie. En général, il est recommandé de souscrire à une telle épargne à une dizaine d'années de l'âge de la retraite.

Avantages fiscaux : le meilleur moment pour ouvrir un PER

Pour qu'un PER (Plan Épargne Retraite) soit fiscalement avantageux, les gains réalisés pendant la durée du contrat doivent être supérieurs aux impôts dus à la sortie. Les sommes que récupère l'épargnant sont sujettes à imposition. S'il opte pour une sortie en capital, l'épargne est soumise au barème de l'impôt sur le revenu et les plus-values taxées au Prélèvement Forfaitaire Unique (30 %, dont 17,2 % de prélèvements sociaux). Si l'épargnant choisit une sortie sous forme de rente viagère, la fiscalité est calculée sur la base du régime des pensions de retraite.

Les prélèvements sociaux, compris entre 30 et 40 % selon l'âge de l'épargnant, sont dus. C'est pourquoi ce produit d'épargne convient tout particulièrement aux contribuables imposés à 30, 41 ou 45 %. Le gain à la sortie est spécialement intéressant si l'on descend d'au moins une tranche d'imposition à la retraite.